Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

EMMAÜS MUNDO RECHERCHE DES BENEVOLES !

Publié le par EMMAUS MUNDOLSHEIM

Que vous soyez disponibles 4 heures par mois ou plusieurs demi-journées par semaine, que vous ayez des compétences spécifiques ou non, NOUS AVONS BESOIN DE VOUS !
Contactez nous au 03 88 18 15 61 ou par mail (mundolsheim@emmaus-alsace.com).

Aidez nous à aider les autres !

 

629446_emmaus_foto610x342.jpg

Partager cet article

Repost 0

Défiler pour l'insertion (DNA)

Publié le par EMMAUS MUNDOLSHEIM

Samedi, la salle de vente d’Emmaüs a été transformée en podium de défilé. L’idée : promouvoir la cause de l’insertion sociale et présenter le travail d’une créatrice.

les-mannequins-ont-defile-entre-les-meubles-de-la-salle-de-.jpg

« L’atelier d’Isabelle » est une entreprise d’insertion et Emmaüs est un chantier qui sert la même cause : nous voulions créer un événement commun, festif, gratuit, et montrer notre souhait de collaborer au service de la cause », expliquent la créatrice Isabelle Simonin et Corinne Longhi, la responsable de la salle des ventes d’Emmaüs Mundolsheim, tout en aménageant la piste au milieu des tables massives samedi dernier. Hasard du calendrier, dans un tout autre genre, le défilé du casting Elite se tenait le même après-midi à Strasbourg.

À Emmaüs Mundo, l’idée d’un premier défilé de mode avait germée en 2009. Cette fois au 4 rue du Général-Rapp, la collection présentée était un panel de toutes les créations, ville, vacances, soirée – le thème initial du défilé ayant dû être modifié au dernier moment : le salon « mode et tissus » de Sainte-Marie-aux-Mines, qui a sélectionné Isabelle Simonin comme invitée vedette du 22 au 25 mars prochain, souhaite garder l’exclusivité.

Une collection « fraîche et pimpante »

La créatrice, astucieuse, a imaginé ses tenues en utilisant des tissus d’origine très différente ; chinés chez Emmaüs, arrivés de Sainte-Marie-aux-Mines ou encore des soieries de Lyon. Donnez à Isabelle une aiguille, quelques dentelles, des rubans, des boutons précieux, et la magie opère ! Les matières sont fluides et vaporeuses, la collection présentée se veut féminine, « fraîche et pimpante » dans un style chic, avec de temps à autre, une délicate petite touche rétro.

Pour les mettre en valeur, il ne manquait plus que la démarche féline de jeunes modèles bénévoles. Ravissantes, venues parfois de loin, les jeunes filles ont été préparées et mises en beauté par Julie Gless, maquilleuse, par Serge Karm, coiffeur indépendant, ainsi que par Julie Condouret du salon « Blondes, Brunes ».

À 15 h, tout était en place. De nombreux visiteurs et curieux étaient rassemblés autour de la piste. Pendant une demi-heure, ils n’ont rien manqué du va-et-vient des mannequins, lançant de temps à autre quelques remarques et applaudissant les plus beaux déhanchés ! Les 50 membres d’Emmaüs en provenance de toute la France, attendus pour le défilé, sont quant à eux arrivés après la musique.

Qu’à cela ne tienne, Corinne Longhi leur proposera autre chose prochainement : « Défilé et vente de vêtements de mariés au printemps, exposition d’œuvres d’artistes créées à partir d’éléments chinés puis revendus en automne »… Ce ne sont pas les idées qui manquent.

 

  par M.A.I., publié le 14/03/2012

Partager cet article

Repost 0

Mobilisons nos voies(x) pour l'insertion... avec Aline à Emmaüs Mundo

Publié le par EMMAUS MUNDOLSHEIM

Dans le cadre de notre campagne Mobilisons nos voies(x), le 9 mars 2012, à Strasbourg, plus de 200 personnes (de communautés de la région, de groupes Emmaüs de l'économie solidaire et insertion de toute la France, mais aussi d'autres structures d'insertion de la région) se sont réunies devant le Conseil de l'Europe car dans le cadre de la crise, nous savons qu'une autre voie est possible et réaliste, permettant une transition écologique et sociale, afin de rappeler qu'une autre économie fondée sur la solidarité qui investit résolument dans l'humain

 

Regardez la vidéo :

 

default.jpg

 

Toute la campagne sur www.emmaus-france.org/Mobilisons_nos_voix/

Partager cet article

Repost 0

15O pour Emmaüs France (DNA)

Publié le par EMMAUS MUNDOLSHEIM

Quelque 150 encadrants et salariés des 80 structures d’insertion du mouvement Emmaüs ont profité d’une réunion annuelle pour manifester sur le parvis du Conseil de l’Europe, hier soir. Leur but : attirer l’attention des candidats à la présidentielle sur la problématique de l’insertion économique et solidaire.

des-militants-du-mouvement-emmaus-ont-manifeste-sur-le-parv.jpg

À 19 h, montre en main, 150 encadrants de toutes les structures d’insertion économique et solidaire du mouvement d’Emmaüs en France, ont brandi les photos des salariés du chantier de Mundolsheim, pour « mettre l’humain au centre » de la campagne présidentielle en attirant l’attention des candidats sur la problématique de l’insertion en France.

Sur les marches du parvis du Conseil de l’Europe, dissimulée derrière le portrait d’un certain « Jean », Raphaëlle Davoix est venue de sa Normandie avec la ferme intention de « porter les voix des gens en situation d’insertion » jusqu’aux oreilles des politiques. Avec le groupe rassemblé dans le cadre de sa réunion nationale annuelle, elle a rencontré ce vendredi quelques eurodéputés.

« L’État se désengage depuis plusieurs années »

« Nous avons environ 80 structures d’insertion qui travaillent sur la récupération de quelque 250 000 tonnes d’objets par an ce qui nous amène 180 millions de recettes pour continuer à faire vivre nos chantiers », a rappelé Christophe Deltombe. Et le président d’Emmaüs France d’exhorter les politiques en campagne à « soutenir l’économie sociale et solidaire. »

« On voudrait dire aux candidats, regardez ce qui fonctionne et aidez-nous à continuer », complète Thierry Kuhn, responsable de la structure d’insertion de Mundolsheim. « On créé de l’emploi – plus de 10 000 personnes sont embauchées dans des chantiers d’insertion en Alsace – et de la richesse puisque 1 euro investi dans nos structures équivaut à plus de 3 euros réinjectés ensuite dans l’économie locale », souligne-t-il. Pourtant, selon lui, « l’État se désengage depuis plusieurs années », comme en témoignent les coups portés aux contrats aidés et la baisse régulière des subventions.

En pleine campagne électorale, pour la présidentielle comme pour les législatives, le but est donc d’interpeller les politiques sur ces problématiques et de leur faire « des propositions concrètes ». Une mesure phare serait d’adapter les dispositifs d’insertion « à la réalité des hommes », explique Thierry Kuhn. Notamment en allongeant la durée des contrats des salariés, limités actuellement à 2 ans et 24 heures hebdomadaires.

« On estime que 2 ans, c’est trop court pour réapprendre à se lever le matin, pour se rendre au travail, respecter les horaires… C’est juste ce qu’il faut pour se reconstruire », témoigne Michèle Raimbault, 63 ans, bénévole depuis un an dans la structure de Mundolsheim. Pour les militants, « Jean, Marie, Robert ou encore Anne » mériteraient donc une 3 e année de formation qui devrait les assurer d’un avenir plus sûr.

 

  par Amandine Chappotteau, publié le 10/03/2012

Partager cet article

Repost 0